fakir

fakir

fakir [ fakir ] n. m.
• 1653; ar. faqîr « pauvre »
1Relig., sociol. Ascète musulman. derviche.
En Inde, Ascète qui vit d'aumônes et se livre à des mortifications en public.
2Cour. Personne qui donne un spectacle d'exercices, de tours imités de ceux des fakirs (1o).

fakir nom masculin (arabe faqīr, pauvre) En Inde, membre d'une confrérie mystique musulmane ou hindoue. Artiste spécialisé dans des démonstrations d'insensibilité physique (marcher sur des tessons de bouteilles, se coucher sur des lits de clous dressés, etc.).

fakir
n. m.
d1./d Ascète musulman ou hindou se livrant à des mortifications publiques et vivant d'aumônes.
d2./d Prestidigitateur.
Par ext. Thaumaturge.

⇒FAKIR, FAQUIR, subst. masc
A.— RELIGION
1. [Dans les pays arabes] Ascète musulman. Si la personne morte [au Caire] est d'un rang respectable, les fakirs qui doivent faire partie du convoi funèbre sont (...) introduits dans la maison mortuaire (NERVAL, Voy. Orient, t. 3, 1851, p. 323).
2. [En Inde ou au Pakistan] Ascète, généralement musulman, mais pouvant appartenir à une autre religion ou à une autre secte, vivant d'aumônes et s'imposant des mortifications très pénibles. Les jeûnes, la haire du religieux, la chaise de clous du faquir doivent être récompensés (MICHELET, Journal, 1820, p. 76) :
1. Au fond, je crois que je ne suis pas fait pour la vie active. J'envie les fakirs et les ascètes hindous qui restent dix mille ans sans bouger, sans penser à rien.
MIOMANDRE, Écrit sur eau, 1908, p. 15.
B.— P. ext. Personne qui exécute en public des exercices physiques difficiles et des tours extraordinaires, prétendument attribués à un pouvoir surnaturel et relevant en fait de l'illusionisme :
2. Persicaire suspectait les miracles (...). Il méprisait la menue monnaie : les fakirs de foire, les tables spirites, (...) les recoins d'ombre et autres prestidigitations.
COCTEAU, Fin Potomak, 1940, p. 158.
Emploi adj. Qui paraît doué d'un pouvoir surnaturel. Wagner n'est jamais apparu plus fakir que dans cette musique [de Tristan] (POURTALÈS, Wagner, 1932, p. 307).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Fakirique, adj. Qui est relatif aux fakirs. Le vieil esprit fakirique de l'Inde est mort (LOTI, Inde sans Angl., 1903, p. 355). b) Fakirisme, subst. masc. Comportement, pratiques de fakir, se traduisant par des actes extraordinaires attribués à un pouvoir surnaturel ou à des facultés exceptionnelles. Le fakirisme chrétien devait faire (...) des tours de force beaucoup plus merveilleux. Qu'est-ce que les pratiques d'Antoine auprès de celles de saint Siméon Stylite? (FRANCE, Vie littér., t. 2, 1890, p. 225).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1653 fakir (F. DE LA BOULLAYE LE GOUZ, Voyages et observations, p. 154 [en Inde]); 1690 faquir (FUR.). Empr. à l'ar. « pauvre ». La forme a. fr. foqui (XIIIe s., Estoire de Eracles empereur XXXIII, 17 ds GDF. Compl.) ne convient pas ici; il s'agit d'un autre mot désignant un homme versé dans la connaissance de la loi divine (ar. , v. alfaqui) (Arveiller ds Z. rom. philol., t. 90, pp. 455-461). Fréq. abs. littér. Fakir : 130. Faquir : 6. Bbg. BOULAN 1934, p. 185. — QUEM. DDL t. 4 (s.v. fakirisme).

fakir [fakiʀ] n. m.
ÉTYM. 1653; arabe fǎgīr « pauvre ».
tableau Mots français d'origine arabe.
1 Relig., sociol. Dans les pays de langue arabe, Ascète musulman. Derviche.Spécialt. En Inde, Ascète qui vit d'aumônes et se livre à toutes sortes de mortifications en public.
0.1 Autour de la statue s'agitait, se démenait, se convulsionnait un groupe de vieux fakirs, zébrés de bandes d'ocre, couverts d'incisions cruciales qui laissaient échapper leur sang goutte à goutte, énergumènes stupides qui, dans les grandes cérémonies indoues, se précipitent encore sous les roues du char de Jaggernaut.
J. Verne, le Tour du monde en 80 jours, p. 90.
1 Aux coins des rues, des fakirs, barbouillés de cendres, se tordent épileptiquement dans la poussière, et prient comme s'ils agonisaient.
Loti, l'Inde (sans les Anglais), p. 334.
2 (…) ils se couchent sur des planches à clous, se balancent à des crochets enfoncés dans leur chair, se livrent à des jeûnes prolongés, se suscitent des difformités corporelles. Les fakirs sont accusés de se livrer à des pratiques criminelles; en vendant des philtres d'amour, des charmes et des potions diverses, ils vivent de l'ignorance et de la crédulité des masses. Il ne faut pas les confondre avec les Yogis, dont les pratiques ascétiques ne sont pas destinées à éblouir la foule, mais constituent une discipline spirituelle.
Dict. des religions, art. Fakir.
Péj. Devin, thaumaturge.
2 (XXe). Cour. Personne qui donne un spectacle d'exercices : voyance, prestidigitation, hypnose, tours imités de ceux des fakirs (1.).REM. On trouve aussi la graphie ancienne faquir (1690).
tableau Noms de métiers.
DÉR. Fakirisme.

Encyclopédie Universelle. 2012.


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»